Terrine de chèvre au trois poivrons

Terrine de chèvre aux 3 poivrons

Pour 6 personnes:
Préparation : 40 min
Cuisson : 20 min
Réfrigération : 4 H

2 poivrons rouges
2 poivrons verts
2 poivrons jaunes
750 g de chèvre frais (faisselle ou Sainte Maure blanc)
9 feuilles de gélatine (9 x 2 g)
½ bouquet de ciboulette
½ bouquet de basilic
huile d’olive, piment d’Espelette, sel,

Pelez les poivrons avec un couteau économe, ouvrez-les pour retirer les graines et les parties blanches. Faites-les cuire à la vapeur 20 min environ puis épongez-les au maximum. Laissez-les refroidir.

Faites tremper 6 feuilles de gélatine dans un peu d’eau froide. Une fois qu’elles sont bien ramollies, retirez-les de l’eau et faites-les fondre au micro-ondes ou au bain-marie.

Mixez le fromage de chèvre dans un robot, ajoutez du sel, du poivre, le piment d’Espelette, la ciboulette ciselée, la gélatine (6 feuilles) fondue et 4 cuil. à soupe d’huile d’olive.

Tapissez une terrine de film plastique, étalez une couche de poivrons, ajoutez une couche de chèvre, et ainsi de suite jusqu’à ce que la terrine soit remplie. Terminez par des poivrons des trois couleurs.

Faites fondre les feuilles de gélatine restantes comme ci-dessus après les avoir ramollies dans l’eau froide, puis versez sur la terrine.

Décorez avec les brins de basilic et réservez au frais 4 h.

Pour démouler cette terrine, laissez couler de l’eau chaude dessus, et tapez une fois la terrine retournée sur une planche. Vous pourrez servir cette terrine avec un coulis de tomates aux herbes.

Bon Appétit!

 

www.lemesturet.com

Publicités

Recette d’été pour le barbecue

Nous le savons, vous adorez sortir votre barbecue à l’heure de l’été, cependant le poulet, le boeuf et autres cochonailles risquent parfois d’alourdir le menu.

Voici donc une recette légère et originale – certes peu économique – mais tellement savoureuse : du homard grillé au barbecue, beurre de corail.

Pour 2, il vous faudra :
1 homard de 600g
20cl de crème fleurette
1 cuillère à soupe de cognac
Fleur de sel, poivre et huile d’olive

Plus le produit est savoureux et délicat, plus la recette doit être précise et épurée. Les chefs qui m’ont formé, et moi qui forme aujourd’hui mes collaborateurs, appliquons tous ce principe qui vaut pour tous les produits de type foie gras, Saint Jacques, langoustines etc. Ces mets doivent être respectés, entourés, assaisonnés, mais jamais recouverts d’éléments inutiles qui masqueraient leur saveur délicate.

Pour le homard, commencez par le fendre en 2 dans le sens de la longueur. Sur la tête se trouve un petit losange : avec un couteau solide, piquez à cet endroit et coupez un côté (vers la queue) puis l’autre (vers la tête). Retirez de la chair la partie bleutée et mettez ces morceaux de corail dans les 25 cl de crème fleurette. Mixez avec un mixeur à soupe et faites doucement épaissir sur feu moyen. Assaisonner de sel, de poivre ce mélange qui aura pris, une fois cuit, une teinte rosée, et ajoutez le Cognac.

Posez vos demi- homards sur le barbecue bien propre côté chair pendant 3 minutes, retournez-les et versez sur chaque une bonne cuillère à soupe de crème de corail. Laissez cuire 2 minutes et servez bien chaud.

Un plat simple et festif que vous accompagnerez de riz pour le classique et de légumes frais cuits croquants que vous arroserez d’un peu de crème de corail.

Bon appétit…

www.lemesturet.com

Image

Quelques idées pour rafraîchir vos salades d’été

L’été est plutôt le moment des grosses salades, du barbecue et des fruits parfumés et à noyaux.
Pour les grandes salades, évitez les féculents et mélangez plutôt les légumes gorgés de soleil que l’on trouve en plein été comme la tomate, bien sûr, mais aussi le melon, les courgettes, les aubergines, les poivrons et le pissenlit, entre autres.

Pensez, quand vous faites une salade, à varier les huiles et vinaigres ce qui ne manquera pas de donner de l’originalité à votre plat ; les vinaigres peuvent être de vin, d’alcool, de cidre, balsamique, de Xérès, de miel, de Banyuls, de Reims (champagne) ou encore de riz ou de malt.

Une liste non exhaustive des huiles qui peuvent être d’arachide, de tournesol, colza, de mais, de noix d’olive, de pépins de raisins, de soja, de noisette, de pistache, de sésame, de pignons par exemple.

Pour terminer vos assaisonnements de salade, délaissez le sel fin et le poivre moulu au profit de la fleur de sel et du poivre du moulin.

A propos des herbes fraiches à répartir sur votre entrée et, en ce moment, ce n’est pas ce qui manque entre basilic, ciboulette, estragon, persil plat, aneth, menthe cerfeuil, coriandre, citronnelle, origan etc.

Image

www.lemesturet.com

Bien choisir son melon

 

Nous sommes en pleine saison’un des fruits les plus parfumé et délicat qui soit, le melon. Le casse tête du choix de ce fruit va commencer sur les marchés car comme on le dit souvent, on ne sait qu’il est bon qu’ouvert et on l’achète entier et fermé. Quelques conseils donc pour vous aider à faire le bon choix.
La maturité d’un melon se juge à l’apparition d’une craquelure à la base du pédoncule celui-ci commence à se détacher. Il peut aussi « perler », suinter. L’écorce doit être verte, mais tirant légèrement sur le jaune. Le melon doit être dense, lourd. Eviter d’acheter un melon dont la peau est tachée. Ces petites informations, j’espère, vous aideront dans votre quête, sans oublier que le sucre ou le porto ou le Muscat de Beaumes de Venise bien frais peuvent rattraper un choix défaillant. Bon marché !

Image

www.lemesturet.com 

Le Mesturet

Aujourd’hui nous voudrions vous rappeler l’origine du nom que porte notre restaurant – Le Mesturet.

Il existe en effet deux explications de ce nom.

La première : Le Mesturet puise son origine dans le dialecte de la langue d’oc, de l’expression « el drole de Mesturet » qui signifie « un mauvais garçon » ou bien « un garçon pas très fréquentable » que nous ne sommes pas bien évidemment, mais restons attachés au côté « canaille » de cette expression 🙂

La deuxième explication est, bien sûr, d’origine culinaire, et fait référence au dessert traditionnel  de la ville de Graulhet située dans le Tarn, préparé à base de potiron. Nous pouvons vous livrer deux recettes de ce dessert original, l’une élaborée par notre chef, Pascal et une autre envoyée par l’une de nos clientes, une graulhétoise, passionnée de sa cuisine régionale et souhaitant la partager avec vous.

Commençons par la recette de Mme Escourbiac, « au plus près de la tradition », nous dit-elle :

Ingrédients :

  • 2 kg de potiron
  • 1 verre d’eau
  • 150 g de farine de maïs
  • 70 g de farine de blé
  • 300 g de sucre
  • 1 zeste de citron rapé
  • 1 pincée de sel

Faire cuire le potiron dans l’eau, bien égoutter, si besoin, écraser à la fourchette.
Mélanger tous les ingrédients.
Mettre dans un plat à gratin haut, le mesturet est meilleur s’il est épais (5/8 cm.) et reste moelleux.
On peut aussi le parfumer au rhum avec ou sans zeste de citron.
Cuire à four moyen 1h30

Et voici notre variante :

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 500 g de chair de potiron ou de potimarron
  • 150 g de sucre semoule
  • 1/2 l de lait
  • 100 g de farine de mais ou de maïzena
  • 4 œufs
  • Vanille et rhum

Cuisson : 30 min au bain marie à 180°

Pour commencer cette recette, mettez un peu d’eau avec les 150 g de sucre dans une casserole sur feu doux et ajoutez-y le potiron coupé en petit morceaux. Couvrez et laisser cuire jusqu’à obtention d’une purée et passer ceci au mixer. Une fois la purée refroidie, ajouter les œufs, la maïzena, le lait, la vanille et le rhum. Il faut, à ce moment-là, goûter et que ce mélange ait fortement le parfum de la vanille et du rhum ; Laissez ensuite reposer pendant 3 à 4 heures puis vous pourrez mouler cet appareil dans des ramequins allant au four, sans oublier de les beurrer et de les sucrer auparavant.

Remplissez les ramequins jusqu’à 2 cm du bord et faites cuire au bain marie comme précisé plus haut. Vous pourrez servir ce dessert original et délicieux avec une crème anglaise au rhum et légèrement tiède.

On vous laisse tester les deux et choisir votre recette préférée 🙂

Bon appétit !

 

le mesturet ok 2 Le Mesturet_ok 

Recette de clafoutis aux cerises

Aujourd’hui, notre chef Pascal vous propose sa recette de clafoutis aux cerises.

Pour 6 personnes, il vous faudra :

  • 250 g de farine
  • 50 g de poudre d’amandes
  • 150 g de sucre semoule + 10 g pour le moule
  • 9 œufs
  • 1 l de lait
  • 2 cl de Kirsch
  • 2 cl de vanille liquide
  • 10 g de beurre (pour le moule)
  • 1.5 kg de cerises

Pour faire un clafoutis, il faut préparer la pâte de la même manière qu’une pâte à crêpes : faites un puits avec la farine, le sucre et la poudre d’amandes, cassez-y les œufs et délayez avec le lait petit à petit.

Ajoutez la vanille et le kirsch et passez à une passoire fine pour éviter les éventuels grumeaux.

Mettez cet appareil dans un moule rond préalablement beurré et sucré et répartissez les cerises non dénoyautées et légèrement
roulées dans un peu de sucre.

Mettez à cuire au four 180° pendant 50 min.

Mangez de préférence ce clafoutis tiède, il n’en sera que meilleur.

Bon appétit !
Petit conseil vin :
le Grand Vallat rosé cuvée Poline
de chez Marc Valentini, à découvrir sur http://legrandvallat.fr/

 

Et voici le nôtre préparé avec des cerises burlat bio du Mont Ventoux (Domaine Grand Vallat) servi tout le week-end du 7 au 9 juin au restaurant :

Clafoutis cerises 2013

 

http://www.lemesturet.com/