Nouvelle offre de rosés au Mesturet

L’été et la météo des derniers jours obligent et aussi pour répondre à une demande croissante, nous avons élargi notre offre de vin rosé. Vous pouvez donc désormais déguster chez nous 5 crus différents :

  1. Cotes de Provence Château de la Prégentière 2012
  2. Côtes de Provence Domaine de la Cressonnière Cuvée « Prunelle »
  3. Vallée de la Loire Chinon de chez M. Brédif
  4. Bourgogne Epineuil de chez Bersan
  5. Côtes de Provence Château Léoube

Les 4 premiers se dégustent au verre (14 cl à 4.60 €), au pichet (50 cl à 14.50 €) et à la bouteille (75 cl à 22.50 €).

Côtes de Provence Château Léoube se vend à la bouteille, 28 € (75 cl).

rosés 2013

 

www.lemesturet.com

Et voici, pour les curieux, un rappel de la définition du vin rosé selon l’irremplaçable Wikipédia :

« Le vin rosé ne possède pas de définition satisfaisante malgré de longs débats tant en France qu’à l’international. En effet, si la législation européenne ou l’Organisation internationale de la vigne et du vin donnent bien une définition du vin, elles n’en proposent aucune pour les vins blancs, les vins rouges ou encore les vins rosés. En fait, les usages se sont parfaitement accommodés de ce vide, puisqu’on édicte des règlements et des circulaires, on négocie, on signe des contrats, bref on reconnaît une existence indéniable au rosé dans le monde du vin. La controverse actuelle autour des mélanges de vin rouge et de vin blanc pour élaborer du rosé est l’occasion pour les producteurs de rappeler la spécificité technique de ce produit. Le vin rosé peut être décrit comme le produit issu de la fermentation alcoolique d’un moût obtenu par une macération pelliculaire préfermentaire maîtrisée de raisins noirs (à jus blanc).

Bien qu’il s’agisse probablement du plus vieux vin de l’histoire, les rosés étaient jusqu’à une époque récente perçus comme « des vins fruités, de structure légère et qui se boivent frais […] il n’en reste pas moins vrai qu’ils ne sont pas de grande classe […] on ne leur apporte pas toujours les soins nécessaires […] surtout on leur réserve rarement les meilleures vendanges […] ce type de vinification peut être recommandé pour éviter certains défauts des raisins noirs manquant de maturité, atteints de pourriture, possédant une saveur désagréable […] ou pour obtenir un vin rouge plus concentré. ».
Cette citation extraite d’un ouvrage récent résume à elle seule le statut dans lequel le vin rosé a été longtemps enfermé : vin secondaire, élaboré par défaut, sans grande technicité et indigne de l’intérêt de l’œnologue. La situation pouvait paraître paradoxale au regard de l’importance historique de ce type de vinification. L’engouement des consommateurs a progressivement permis de réviser cette perception que l’on peut considérer aujourd’hui comme obsolète.
D’expérience, le vinificateur sait qu’il est difficile d’obtenir un vin rosé à la fois fruité et équilibré, de maîtriser sa couleur et surtout d’être régulier d’un millésime à l’autre. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vin_ros%C3%A9

Publicités

Le champagne c’est bon pour la santé !

Des bulles pour protéger nos neurones

Voici un article réconfortant pour tous les amateurs de champagne 🙂
Selon une étude anglaise, la consommation modérée de champagne pourrait aider à combattre la maladie d’Alzheimer.
Des chercheurs de l’Université de Reading (Angleterre) ont mis à jour un lien entre la consommation régulière de champagne et la prévention des troubles de mémoire. Cette étude a été menée pendant 6 semaines, sur deux groupes de rats : une population témoin nourrie classiquement, tandis que le second groupe consommait de la nourriture mélangée à du champagne.
Au terme de cette recherche, des tests de mémoire ont été effectués sur les sujets, et les chercheurs ont constaté qu’il y a eu, chez les rats ayant absorbé du champagne, une augmentation vertigineuse de 200 % des protéines jouant un rôle clé dans la mémoire. Cela serait dû à un composé se trouvant dans le raisin noir utilisé pour fabriquer le champagne, et en particulier, l’acide phénolique que l’on retrouve dans le pinot noir et le pinot meunier.
Le directeur de recherche et biochimiste, Jeremy Spencer, déclare que « cette recherche est passionnante parce qu’elle illustre, pour la première fois, que la consommation modérée de champagne a le potentiel d’influencer sur le fonctionnement cognitif comme la mémoire. » D’après lui, deux à trois verres de champagne par semaine pourraient aider à combattre la perte de mémoire associée à la maladie d’Alzheimer.
le 23 mai 2013 par Bertrand TREPO
Nous vous proposons tous les jours, toute l’année, une cure aux appellations suivantes :
Bochet-Lemoine Brut Cuvée Sélectionnée N.M. (coupe 9.00 € / bouteille 58.00 €)
Duval Leroy Fleur de Champagne rosé de Saignée N.M. (bouteille 58.00 €)
Duval Leroy Brut Nature 2002 (bouteille 65.00 €)
Bollinger Spécial Cuvée N.M. (bouteille 75.00 €)
VIVES LES BULLES !
Image

Quelques astuces pour déguster le vin dans les règles de l’art.

Nous ne sommes pas tous habitués à savourer du vin que ce soit pour un événement ou pour la vie de tous les jours. Quelques conseils d’Alain Fontaine vous seront certainement utiles pour accueillir, servir et déguster une bouteille dans les règles de l’art. Soyez attentif et c’est à vous de jouer !

Préserver le parfum du vin
Attention, il vaut mieux simplement ouvrir une bouteille de vieux vin 1 heure avant de le servir que de le carafer trop tôt ! Les effluves du vin sont fragiles et très volatiles. Un vin carafé trop tôt risque de perdre toutes ses saveurs olfactives. Mieux vaut donc ne rien faire, car le mieux est quelquefois l’ennemi du bien.

Bien déboucher une bouteille
Quand vous débouchez une bouteille de vin, n’essayez pas de retirer le bouchon d’un seul coup, il vaut mieux se reprendre à 2 fois pour éviter de casser le bouchon, car certains sont beaucoup plus longs que d’autres. Faites un mouvement de levier une 1ère fois en vous appuyant sur le goulot de la bouteille, vissez une 2ème fois plus tirez à nouveau en vous posant sur le goulot de la bouteille.

Réparer une erreur de conservation du vin
Malencontreusement vous avez gardé une bouteille de vin plusieurs mois debout. Il est vraisemblable que le bouchon aura séché voire se sera resserré. Effectivement, le vin n’étant plus en contact du bouchon, celui-ci ne peut protéger le liquide qu’en étant parfaitement humidifié. Il vous suffira de placer le vin tête en bas pendant une bonne journée pour réparer cela ainsi le bouchon sera à nouveau imbibé et vous pourrez conserver ce vin sans avoir peur d’un quelconque défaut encore pendant longtemps. Pour rappel, les vins doivent se conserver couchés, les alcools et autres liqueurs peuvent rester debout, à moins que ces dernières soient fermées avec un bouchon de liège.

Entretenir une cave à vin
Si chez vous, vous avez une cave à vin dont le sol est en terre battue ou recouvert de sable, n’hésitez pas de temps en temps (1 fois par mois), à verser de l’eau sur le sol pour maintenir une certaine humidité et 2/3 fois par an à verser une bouteille de vin rouge (pas trop chère) pour préserver une atmosphère vineuse de votre local.
Taux hygrométrique idéal de votre cave : 75 %
Température idéale de votre cave : environ 15°C
N’oubliez pas de mettre dans votre cave à vin un hygromètre et un thermomètre ainsi que quelques verres pour les amis.

Entretien de la verrerie
Quand vous dégustez un vin n’hésitez pas à rincer votre verre sous l’eau claire avant le repas ; effectivement, certains produits lessiviels ou de rinçage laissent un dépôt invisible sur le verre, mais qui peut altérer le goût du vin. Qui plus est si c’est vin est ancien. Personnellement, à mon domicile, j’opte pour le lavage de verres de vin après le repas à l’eau courante et sans produit afin d’éviter un quelconque dépôt de produit chimique.

Image

www.lemesturet.com