Recettes estivales : les cocos de Paimpol

Souvenir culinaire des vacances : pensez comme moi aux cocos de Paimpol pour agrémenter vos plats et partager un bon moment en famille ou entre amis lors de l’écossage 🙂

Découvrez ma méthode de préparation ci-dessous :

Ingrédients pour 8 personnes :
– 3 kg de Paimpol frais
– 2 oignons
– 200 g de lardons
– 2 c à s d’huile d’olive
– sel, poivre
– une branche de marjolaine
Pour les variantes :
– 200 g de magret de canard fumé
– 3 belles tomates (de saison et avec du goût !)

Préparation :
– écosser les Paimpol
– les laver sous l’eau froide
– réserver sur le côté hors de l’eau
– dans une poêle, faire revenir les oignons finement émincés avec de l’huile d’olive, ail, lardons, sel et poivre (attention de ne pas faire revenir trop longtemps, les oignons doivent restés blancs)
– versez vos haricots dans la poêle à bords hauts, les couvrir à raz d’eau froide, porter à ébullition puis laisser frémir pendant 35 minutes. Les haricots sont prêts quand ils sont légèrement fripés, n’hésitez donc pas à rajouter de l’eau si besoin pour finir la cuisson. Rectifier le goût (sel poivre) et ajouter de la marjolaine émincée finement (fraîche de préférence).

Deux variantes :
– vous pouvez ajouter des tomates émondées au moment de faire revenir les oignons;
– vous pouvez, à la place des lardons, mettre des morceaux de magret de canard fumé;

Bon appétit !

IMG_4470

Publicités

Quenelle de volaille parfumée à l’estragon et à la coriandre

Aujourd’hui notre chef vous propose une recette toute simple d’une entrée légère et parfumée, qui saura convenir à tous les palais et vous attirer les compliments de vos invités 🙂 Nous la proposons dans notre menu du jour et la mettrons probablement sur notre carte de printemps-été, car oui, nous y travaillons déjà !

Ingrédients (pour 10 portions) :

  • 1 kg de blanc de volaille
  • 1/2 litre de crème
  • 1/2 litre de blanc d’œuf
  • sel, poivre, estragon, coriandre
  • 20 g de noix
  • 150 g de salade de jeunes pousses

Préparation :

  • Découper les blancs de volaille en petits dés et les mixer crus avec le sel, le poivre, l’estragon et la coriandre;
  • Incorporer la crème, ensuite les blancs d’œufs tout en mixant;
  • Faire de petits boudins (3 cuillères à soupe par boudin) enveloppés dans le papier film;
  • Faire cuire les boudins ainsi réalisés à la vapeur (un cuiseur vapeur ou une couscoussière sera également adapté) pendant 20 minutes;
  • Retirer le film et couper les boudins en rondelles;
  • Servir tiède avec une sauce vinaigrette à l’estragon et des noix du Berry (pour faire plaisir à notre chef originaire du Berry ;-)) et accompagner de salade de jeunes pousses.

Bonne préparation et bon appétit !

IMG_3377

Recette de clafoutis aux raisins de sultanine et à l’Armagnac

Aujourd’hui, nous vous proposons un dessert classique, simple et savoureux que vous pourrez préparer à tout moment avec des fruits secs ou de saison. Hiver oblige, notre chef a préféré les raisins de sultanine pour cette version de la recette (à déguster aujourd’hui au restaurant).

Ingrédients (pour 10 clafoutis) :

  • 250 g de farine
  • 250 g de sucre
  • 6 œufs
  • 50 cl de lait
  • 50 cl de crème
  • 100 g de raisins secs
  • 20 cl d’Armagnac

Préparation :

  • Faites tremper la veille les raisins dans l’Armagnac (peut-être aussi remplacé par le rhum).
  • Le jour de la préparation mélangez les œufs entiers et le sucre.
  • Ajoutez la farine et mélanger à nouveau.
  • Enfin, ajoutez le lait froid et la crème, mélanger le tout.
  • Chemisez les petits ramequins individuels (10 cm de diamètre et 4 cm de hauteur environ) de beurre et de sucre.
  • Disposez les raisins dans le fond des ramequins. Ajoutez le reste de l’Armagnac dans l’appareil et versez-le par dessus les raisins.
  • Mettez les ramequins au four pour 30 min. à 170° C.
  • Servez vos clafoutis tièdes saupoudrés légèrement de sucre. Vous pouvez ajouter autour un trait de caramel laitier.

PS 1. Si vos ramequins sont plus petits que les dimensions indiquées, faites cuire vos clafoutis moins longtemps.

PS 2. Vous pouvez remplacer les ramequins individuels par un moule à manqué et préparer votre clafoutis en version gâteau.

Bon appétit !

IMG_3357_OK

Recette de sanciaux berrichon

Aujourd’hui, au menu du jour, notre chef Régis vous propose un dessert de son coin : le sanciaux berrichon. Il s’agit d’une crêpe épaisse typique du Berry fourrée aux pommes, cuite à la poêle et servie chaude saupoudrée de sucre.

Vous pouvez venir le découvrir chez nous ou bien le préparer vous-mêmes selon la recette suivante :

Ingrédients

  • 60 g de farine
  • 125 ml de lait
  • 1 œuf
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à c. de liqueur de poire
  • 20 g de beurre
  • 2 pommes
  • sucre en poudre

Préparation

  • Mélanger la farine, le lait, l’œuf et le sel pour obtenir une pâte à crêpe.
  • Laver et peler les pommes
  • Les couper en lamelles.
  • Les dorer dans une poêle avec le beurre.
  • Lorsqu’elles sont dorées, versez un trait de liqueur de poire et flamber.
  • Ajouter la pâte à crêpe et bien mélanger.
  • Cuire dans une poêle large pendant 7 minutes environ à feu doux.
  • Mettre une assiette sur la poêle et retourner la crêpe.
  • Glisser le côté non-cuit de la crêpe sur la poêle et laisser cuire environ 3 minutes.
  • Saupoudrer de sucre.

Déguster aussitôt. Bon appétit !

IMG_3355_OK

BEAUJOLAIS NOUVEAU 2014

Le bilan de la journée BEAUJOLAIS NOUVEAU est de près de 400 clients dans la journée et 160 bouteilles écoulées avec, en fin de journée et jusqu’à minuit, un concert magnifique de The Moonlight Swampers , un groupe Country rock que vous pouvez inviter non seulement pour les soirées festives comme le Beaujolais, mais également les anniversaires, les mariages et les baptême. Succès assuré ! Contact, Christophe : 06 61 86 77 06.
Pour terminer, quelques mots sur un produit qui est l’un des fleurons de l’économie française connu dans le monde entier, non délocalisable et produit à 100 % en France et qui fait travailler des milliers de personnes et qui est l’une des plus grandes « succes stories » commerciales depuis 40 ans et dont bon nombre de pays se sont accaparés pour notre plus grand plaisir. VIVE LE BEAUJOLAIS NOUVEAU ! Clin d’œil aux râleurs et ceux qui disent « pff, le Beaujolais Nouveau ».
Voir reportage FR 3, Le Mesturet et le Japon à la 29′ :
http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-3/soir-3/jt-grand-soir-3-jeudi-20-novembre-2014_744119.html

Lettre de Pologne 2013 n° 2 : c’est pas gagné

Dimanche 4 août départ de Roissy direction Pologne, une heure et demie d’avance nous permet de prendre une légère collation dans un des restaurants de l’aéroport dont on ne citera pas le nom. L’aventure qui suit me met un peu en contradiction avec mes propos tenus sur BFMTV 2 jours avant (http://www.bfmtv.com/video/bfmtv/bfm-story/bfm-story-grand-chasse-croise-week-end-france-2-08-139096/) concernant l’évolution de l’accueil et de l’efficacité du service en France. Pour commencer, nous avons attendu 20 min. devant les reliquats de la table précédente. Après le débarrassage nous avons encore attendu 20 min. pour la commande. Une fois la commande passée, la serveuse revient nous voir 10 min. plus tard pour nous annoncer que le vin commandé n’était plus en stock. Nous n’étions pas tellement ennuyés par le temps qui passait car nous étions passionnés de voir les clients partir mécontents soit après avoir consommé, soit sans consommer du tout, soit sans obtenir leur addition. Les réflexions et les insultes fusaient également dans toutes les langues… Enfin servis, j’ouvre le dialogue avec la serveuse :

– Vous êtes dans une école hôtelière et en stage ici ?
– Pas du tout, je suis étudiante dans un autre domaine.
Elle repart.
Je souffle à ma femme sur un ton plein de tolérance :
– Tu vois, elle vient certainement de commencer, c’est peut-être même son premier jour !
Au retour de la serveuse, je continue mon interpellation :
– Alors, comme ça, vous venez de commencer ?
– Oh non, cela fait plus d’un mois que je suis là, c’est mon boulot d’été.
Elle repart. Moi, je reste stupéfait, ma femme est hilare :
– J’en étais sûre !
Nous devons partir en précipitation, car la situation ne s’étant pas arrangée pour la serveuse et d’autres clients affluant (et qui repartiront très vite sûrement), nous risquons de rater notre vol.

Morale de l’histoire :
Nous avons encore un grand chemin à faire pour maîtriser l’accueil et le service, mais ce qui est déplorable, c’est que la société de restauration à qui ADP a donné la concession des restaurants n’ait pas la pertinence ni la compétence de former ne serait-ce que ses managers pour transmettre leur savoir faire à leur collaborateurs, même si ce sont les étudiants. Ce qui est plus grave encore c’est que ces sociétés de restauration donnent la première ou la dernière image que les touristes auront de notre profession. Quand, il s’agit de cette première image, certains d’entre nous, restaurateurs et hôteliers, sauront redorer le blason de nos métiers. Quand c’est la dernière image c’est définitivement perdu. La responsabilité de ces sociétés sur l’évolution et la bonne image du tourisme en France est engagée…

Image

www.lemesturet.com